e19779 Myanmar social protection Crozet

Partenariats public-privé

L’OIT a conclu 93 nouveaux partenariats public-privé  (PPP) en 2012-13, contre 28 en 2010-11.

Cette augmentation considérable signifie que le champ et l’éventail des domaines concernés par des PPP se sont élargis et couvrent l’ensemble des quatre objectifs stratégiques, ainsi que 14 résultats, contre six seulement en 2008).

L’OIT travaille avec des entreprises, des fondations et d’autres entités privées, et avec des employeurs, des travailleurs et leurs organisations, pour aborder les questions importantes du marché du travail dans le monde, renforcer les chaînes d’approvisionnement et résoudre les problèmes spécifiques au monde du travail. Les principaux résultats obtenus sont les suivants :

  • Emploi : les PPP ont notablement contribué à l’emploi des jeunes, ils ont en outre amélioré les cadres stratégiques et les capacités institutionnelles, favorisé l’environnement économique pour les petites et moyennes entreprises durables et encouragé l’entrepreneuriat.
  • Dialogue social et amélioration des relations professionnelles : outils de formation et renforcement de la gestion et de la coopération des travailleurs, en particulier dans les usines et les chaînes d’approvisionnement, amélioration des conditions de travail, de la productivité et de la conformité avec les normes internationales du travail.
  • Protection sociale : atténuation de l’impact du HIV/sida sur les lieux de travail, prévention des nouvelles infections, amélioration des politiques nationales et extension de solutions de micro-assurance novatrices à des personnes jusque-là exclues, amélioration de la nutrition sur les lieux de travail, protection des travailleurs migrants, et formation d’experts en conception et mise en œuvre de systèmes de sécurité sociale.
  • Normes internationales du travail et prévention et élimination du travail des enfants : l’OIT a appuyé les entreprises et les grands acheteurs des chaînes d’approvisionnement pour améliorer leurs performances, les rendre plus durables et aligner leurs pratiques sur des codes de conduite liés à l’élimination du travail des enfants. Les PPP ont également permis une meilleure compréhension de la situation sur le terrain dans des secteurs clés comme ceux du cacao et du tabac, ce qui a conduit à un renforcement des systèmes de suivi du travail des enfants.

Combattre le travail des enfants dans l’industrie du chocolat et du cacao : un partenariat public-privé

This partnership in Ghana and Côte d'Ivoire between the ILO and major multilateral enterprises in the chocolate and confectionery industry seeks to eliminate child labour and to ensure workforce continuity in cocoa growing farms by younger generations.

box pag47 GateFoundation

Ce partenariat établi au Ghana et en Côte d'Ivoire entre l’OIT et de grandes entreprises multilatérales dans l’industrie du chocolat et de la confiserie vise à éliminer le travail des enfants et à assurer la continuité de la force de travail chez les jeunes générations dans les fermes productrices de cacao

Le Ghana et la Côte d’Ivoire sont les plus importants producteurs de cacao du monde et représentent ensemble 60 pour cent de la production mondiale. Dans ces deux pays, les pratiques de travail inacceptables qui ont cours dans les fermes productrices de cacao signifient qu’un grand nombre d’enfants effectuent des tâches ou des travaux agricoles dangereux, souvent aux dépens de la fréquentation scolaire. Il s’agit là d’une grave violation des droits des enfants, qui exige une action tout au long de la chaîne d’approvisionnement.

Dans le cadre de ce partenariat, les représentants des sociétés sont impliqués dans une planification stratégique avec les mandants et les intervenants clés de l’OIT pour l’élimination du travail des enfants dans les zones de culture du cacao, et ils contribuent à l’exécution des plans d’action nationaux contre le travail des enfants et des stratégies nationales des systèmes de suivi du travail des enfants (SSTE).

En contribuant à la création de SSTE à base communautaire, en liaison avec les services gouvernementaux et les mécanismes de mise en application, le projet fait office de modèle durable pour cette industrie et peut être élargi pour apporter une contribution importante à la réalisation de l’objectif de l’industrie, soit une réduction de 70 pour cent du travail des enfants dans les communautés productrices de cacao au Ghana et en Côte d’Ivoire d’ici à 2020.

Au cours des deux dernières années, une tendance importante a été l’augmentation des partenariats sans clauses financières, qui ont contribué à la connaissance, à la recherche et à l’élaboration d’outils, ce qui constitue un élément clé pour garantir que l’OIT soit considérée comme un centre mondial de l’excellence technique dans le monde du travail.